La vie de BOUDDHA

Synthèse de l’écrit de Didier Férat Lonely Planet
Bouddha signifie « l’Eveillé », son nom de naissance est Siddharta Gautama, il est né à Lumbini au Népal.
Son existence est découpée en scènes souvent reproduites dans les temples.

penang 2 019BI.JPG

La prémonition
Avant son arrivée sur terre, bouddha séjournait dans le paradis de Tusita. Sa mère, la reine Maya eut une prémonition de sa naissance et rêva qu’il entrait en elle, assis sur un éléphant blanc venant du ciel.
La naissance
Siddharta naquit vers 560 av.J-C dans le parc de Lumbini (situé alors en Inde), sur els versants de l’Himalaya. Appuyée sur une branche de figuier, la reine vit sortir l’enfant de sa manche droite, sans qu’elle éprouve aucune souffrance. Il effectua ses premiers pas en marchant sur 7 lotus. Dans le ciel, 9 dragons le réchauffèrent de leur souffle.

wat 036.jpg

Les années de Jeunesse
La mère de Siddharta mourut une semaine après sa naissance. Il fut élevé par sa tante, Mahaprajapati. Issu du clan des Sakya (seconde caste après les Brahmane), son père, le roi de Shuddhodana, règnait sur l a ville de Kapilavastu. Il tint à préserver son fils de toute vision de la souffrance humaine. Confiné dans son palais, Siddharta fit rapidement preuve de grande intelligence et développa des qualités extraordinaires. Il épousa sa cousine, Yashodara.
La révélation
A 29 ans, Siddhartha se rendit compte que la réalité du monde lui était cachée. En sortant du palais il fit 4 rencontres décisives : celles d’un malade, d’un mort et d’un mendiant, figures de la souffrance humaine, puis celle d’un moine mendiant, qui lui fit entrevoir la voie à suivre.
Apprenant que son épouse venait de mettre au monde’ un fils digne d’assurer la lignée royale, le prince décida de s’enfuir du palais pour choisir l’ascèse. Accompagné de son fidèle écuyer, Chandaka, il enfourcha son cheval blanc, Kanthaka, et gagna la forêt. Là, il échangea ses habits contre un vêtement d’écorce et renvoya son valet et son cheval, qui mourut de chagrin.
La période Brahmanique
Durant 7 ans, Siddhartha, vécut auprès des brahmanes, prêtres pratiquant le jeûne et la mortification. En inde, les brahmanes étaient les représentants de l’hindouisme, détenteurs du « savoir » (les védas). Ils dormaient sur un lit de ronces et se nourrissaient peu. A bout de force, Siddharta comprit que cette voie était sans issue, tout comme celle de la luxure et du désir, qu’il avait suivie dans sa jeunesse. Il prit conscience de l’importance de la Voie Moyenne.
L’Illumination
Siddhartha prit place sous l’arbre de la connaissance, un figuier, et commença à méditer afin d’atteindre la vérité absolue, « l’illumination ». Furieux de le voir ainsi s’échapper ainsi de son monde, Mara, le dieu du Péché et de la Mort, lança son armée contre lui. Après sa défaite, il envoya ses filles pour tenter de le séduire. En vain : Siddhartha les transforma en vieilles femmes.
Au terme de cette période méditative, Siddhartha parvint à la connaissance des Quatres vérités universelles : la souffrance de l’homme, l’origine de cette souffrance, la suppression de cette souffrance et le moyen de parvenir à cette suppression. Il était devenu Bouddha, « l’illuminé », « l’éveillé ».
Le discours de Bénarès
Pour répondre à ce souhait, bouddha prit le chemin de Bénarès où dans le parc des Gazelles, il délivra pour la première fois sa parole : il faut supprimer le désir pour supprimer la souffrance, et la Voie Moyenne permet d’échapper à la vie charnelle, cause de cette souffrance, mais aussi à son extrême, la vie ascétique. Il fit tourner la roue de la loi devant 5 moines, anciens témoins de son ascèse qui s’étaient détournés de lui quand il avait renoncé aux privations. Ils adhérèrent à ses paroles et constituèrent le premier ordre bouddhiste.
Ainsi furent fondés els 3 éléments sacrés du bouddhisme : le Bouddha, sa doctrine (dharma) et la communauté (sangha).
Bouddha consacra le reste de sa vie à convertir les êtres humains qui croisèrent son chemin, parmi lesquels son fils, Rahula.
La mort et le nirvana
Bouddha mourut à l’âge de 80 ans, entouré de ses disciples. Il leur demanda de ne pas pleurer et de penser à sa doctrine, selon laquelle tout ce qui naît meurt, et les exhorta à suivre ses conseils pour atteindre l’éveil. Il s’éleva petit à petit et atteignit alors le nirvana, un état qui marque la fin du cycle des réincarnations. Son corps fut alors brûlé et ses restes, conservés dans des stupas.

Environ 95 % de la population thaïlandaise pratique le bouddhisme.
4 % sont adeptes de l’islam, 0,5 % des tribus montagnardes sont chrétiens et 0,5 % sont adeptes de Confucius, du taoïsme, de l’hindouisme.

wat 086.jpg

 

penang 2 020BIS.JPG

 

Un commentaire

Classé dans Thaïlande 2010